Le fumiste est le nom
donné aux professionnels en charge de tout ce qui concerne les cheminées. Il a
les compétences pour assurer la maintenance, la réparation ou la construction
de cheminées. Le fumiste est le garant technique de ces structures, et il
s’assure qu’elles ne présentent pas de risque sur le plan sécuritaire et
sanitaire pour les occupants. Dans cette optique, il dispose d’un référentiel
technique : la norme DTU 24.1. Ce document est la pierre angulaire du
travail de tout fumiste, qui est tenu d’en connaître les subtilités.

Fumiste : en quoi consiste ce métier ?

Le fumiste est un acteur
majeur du confort des habitations équipées d’une cheminée. En effet, c’est à
lui que reviennent une grande partie des tâches liées à l’entretien des
différents équipements. Il est particulièrement qualifié pour s’occuper de
l’entretien de la cheminée en elle-même dans le strict respect de la norme
NF DTU 24,1. Ce document renferme toutes les
prescriptions techniques à suivre quand on est appelé à travailler sur une
cheminée.

La parfaite mise en
pratique de la norme DTU 24.1 fait partie intégrante des acquis d’un
fumiste-ramoneur. C’est donc en toute légitimité, le professionnel auquel vous
devez confier tous vos projets de fabrication, d’isolation et de ramonage de
cheminée. Le fumiste s’occupe également de l’assainissement des conduits de
chauffage. Par sa polyvalence et sa connaissance approfondie de ces diverses
installations, c’est un véritable professionnel sur lequel on peut compter. Si
vous comptez en apprendre davantage sur le ramonage, visitez le site
Nid Douillet.

Le fumiste, un spécialiste du ramonage

Le ramonage est un
processus d’entretien obligatoire pour toutes les cheminées en France. En
conformité avec la norme DTU 24.1, sa réalisation est essentielle pour garantir
la sécurité des foyers. Il est fortement conseillé que le ramonage soit réalisé
par un fumiste. C’est une très mauvaise idée de vouloir s’en occuper soi-même,
non seulement au regard de la qualité du travail, mais aussi pour le risque
sanitaire encouru. Même si en apparence, le ramonage paraît d’une grande
simplicité, il n’en est rien dans les faits. En effet, des spécificités
techniques particulières s’appliquent à ce travail, ce qui le rend difficile à
appréhender pour un simple bricoleur, même expérimenté.

Le métier de fumiste : quelle est la
formation à suivre ?

Pour être en mesure
d’appliquer les instructions liées à la norme DTU 24.1, il importe que le
fumiste dispose d’une certaine qualification. Il doit impérativement avoir suivi
une formation qui le prépare à l’exercice de son métier. Pour être reconnu
comme un fumiste-ramoneur par la Chambre de métiers et de l’artisanat, il doit présenter
l’un ou l’autre de ces diplômes :

·        
Certificat technique des métiers parcours
fumiste ou ramoneur

·        
Brevet technique des métiers, parcours
fumiste ou ramoneur

·        
Certificat d’aptitude professionnelle avec
une spécialisation en plâtrerie, maçonnerie ou maintenance.

La fumisterie est une
activité avec une réglementation particulière. Si
le
respect de la norme DTU 24.1
est autant mis en avant,
c’est pour la simple raison que c’est elle qui assure aux ménages une
utilisation sûre et sans danger de leur chauffage, cheminées et chaudières
comprises. Les risques d’intoxication au monoxyde de carbone et d’incendie sont
ainsi écartés ou considérablement réduits.